Notre projet

    Connaissance des Religions reprend sa parution sur des bases nouvelles et peut envisager l'avenir avec confiance. C'est l'occasion de réaffirmer clairement à l'intention de nos nouveaux lecteurs la vocation de cette revue, née il y a dix-sept ans. La qualité professionnelle des membres du comité de rédaction ne doit pas faire illusion: il ne s'agit ni de faire une revue universitaire de plus, spécialisée dans l'étude des faits religieux, ni une revue confessionnelle de recherches théologiques; il n'en manque pas, et de qualité, dans le paysage scientifique et culturel francophone. Il s'agit plutôt de rassembler des auteurs qui partagent les mêmees orientations intellectuelles et spirituelles au service d'un projet commun.

    Ce projet, Connaissance des Religions l'exprime à travers son titre même, qui peut donner lieu à une double interprétation: elle apporte et transmet une connaissance des idées et des faits religieux au sens large du terme, à partir d'approches et de thèmes variés. Elle présuppose d'ailleurs un certain bagage culturel en la matière. Mais il ne s'agit pas seulement d'accroître en quantité et en qualité un savoir intellectuel et de céder à la tentation du "kaléidoscope culturel", que l'on pourrait assimiler à une visite touristique des différentes contrées spirituelles de la planète. Ce savoir est seulement une base nécessaire pour aller plus loin, car on ne peut mener une réflexion profonde à partir de connaissances insuffisantes ou lacunaires. Il s'agit surtout de faire toucher ce qu'est la connaissance religieuse présente au coeur des formes traditionnelles authentiques, de voir quelle en est la raison d'être, en quoi elle est porteuse de vérité et de sens.

    Connaissance des Religions entend mettre en lumière une connaissance d'ordre spirituel, faire sentir de quelle connaissance il s'agit quand on parle des réalités religieuses. La connaissance intérieure, servie par l'intuition intellectuelle, par le langage des symboles et des rites, par la médiation des images et de la parole sacrées, ne se laisse pas facilement percevoir dans le travail de l'érudit ou du spécialiste en sciences religieuses soumis aux contraintes académiques. Bien des universitaires et des chercheurs éprouvent eux-mêmes le besoin d'un lieu d'expression mons contraignant, qui permette de faire valoir des idées et une sensibilité dont le monde académique n'a que faire. Cette connaissance d'ordre spirituel est présente au sein de toutes les traditions authentiques, le terme de "religions" étant entendu ici au sens universel de "traditions spirituelles" et ne se rapportant donc pas aux seules formes monothéistes. Il n'y a peut-être pas de tâche plus urgente que de proposer à nos contemporains un regard spirituel porté par un sens aigu de la véritable universalité, au seuil d'un XXIe siècle où se développe à un rythme effréné une nouvelle phase de la mondialisation économique, qui fait l'apologie de la consommation et du divertissement, et oublie singulièrement la dimension spirituelle des êtres et des sociétés. L'universalité vraie n'a rien à voir avec l'uniformisation des idées, des comportements et des modesde vie à laquelle on assiste sous couvert de mondialisation. C'est pourquoi la revue ne s'interdira nullement de rapprocher la perspective traditionnelle et le traitement des problèmes du temps, en portant un regard enraciné dans la mémoire vivante des cultures.

    En se plaçant dans la perspective de l'universalité vraie, les inspirateurs et fondateurs historiques de Connaissance des Religions ont fait oeuvre pionnière, même s'il est légitime aujourd'hui de prendre du recul et de procéder à une évaluation de leur apport intellectuel. L'heure n'est pas à la défense d'une école de pensée, d'une chapelle, d'un courant particulier contre d'autres, mais l'affirmation d'une perspective qui unifie et rassemble par-delà les engagements personnels et les appartenances confessionnelles. On se tiendra éloigné des polémiques stériles et on se gardera d'un intellectualisme spirituel sclérosant, au bénéfice d'une création littéraire plus attentive aux capacités et aux attentes d'un lectorat en plein renouvellement.